Résultats

Nous tenons à remercier l’ensemble des espaces de coworking et des coworkers qui ont toujours accepté facilement et chaleureusement de nous ouvrir leurs portes et de répondre à l’ensemble de nos questions, souvent longues…

Une définition des ECW

Nous définissons les ECW comme des lieux intermédiaires entre le domicile et le lieu de travail traditionnel, dont l’activité principale consiste à mettre à disposition de leurs utilisateurs un espace de travail incluant des services mutualisés (salles de réunions, imprimantes, etc.) et à encourager l’échange et la collaboration. Cette définition met en avant trois critères  : l’idée de troisième lieu  ; la spécialisation sur la fonction travail ; l’importance de la dimension collective.

 

Une sur-représentation des ECW dans le centre des métropoles et dans les espaces ruraux

L’analyse de la répartition des ECW au sein de la région AURA par rapport à la répartition de la population active a permis de mettre en évidence une surreprésentation des ECW dans deux types de territoires : le centre des métropoles et dans les petites villes polarisant les espaces ruraux. Au sein de ces territoires, l’implantation des ECW apparaît relativement discriminante, puisqu’elle semble surtout bénéficier aux espaces métropolitains et ruraux les plus attractifs.

Une typologie des ECW

Nous avons ainsi identifié quatre types d’ECW : le « coworking business », le « coworking d’opportunité », le « coworking de camaraderie » et le « coworking d’ancrage ». Au-delà de cette typologie, un des résultats intéressants est la non corrélation entre le profil de ces ECW et leur localisation : à titre d’exemple, le coworking d’ancrage ne se rencontre pas seulement dans les espaces ruraux, mais également dans le centre des métropoles ou dans les villes intermédiaires.

De nouveaux modes de vie mobiles articulant proximité, accessibilité et virtualité

Nos résultats montrent que les enjeux de mobilité et de durabilité associés aux ECW ne se réduisent pas à l’apparition d’une nouvelle solution de mobilité durable destinée à réduire les déplacements domicile-travail et donc les émissions de CO2 liées au transport. Les ECW reflètent plus fondamentalement l’émergence de nouveaux modes de vie, développés par des actifs hautement qualifiés dans des territoires dotés de fortes aménités, organisés autour de nouveaux agencements entre mobilités spatiales, sociales et virtuelles. Contre toute attente, ces modes de vie apparaissent peu différenciés selon le territoire de résidence (centre des métropoles, villes intermédiaires, petites villes polarisant des espaces ruraux, etc.). Autrement dit, on ne retrouve pas d’opposition entre un “coworking des villes” et un “coworking des champs”.

© P. Lejoux

Ces modes de vie sont porteurs de valeurs particulières (résumées en 6 mots-clés) :

  • sur le plan environnemental (proximité/accessibilité) : les coworkers veulent ancrer leur vie quotidienne dans la proximité (se déplacer à pied, à vélo, parcourir de courtes distances en voiture) afin de ralentir leur rythme de vie, sans pour autant renoncer à l’accessibilité (importance de la proximité d’une gare TGV, d’une métropole, etc.).
  • sur le plan économique (sens du travail/réseau) : les coworkers accordent une grande importance au sens donné à leur travail, ce qui se traduit par une fréquence élevée des reconversions professionnelles. S’ils sont conscients de l’importance de cultiver un réseau professionnel, ils ne s’inscrivent pas pour autant dans une logique d’instrumentalisation de celui-ci, la recherche du profit et de la rentabilité n’étant pas leurs priorités.
  • sur le plan social (sociabilité/qualité du cadre de vie) : un des attraits du coworking par rapport au télétravail à domicile réside dans la possibilité qu’il offre de recréer une frontière entre vie familiale et vie professionnelle et de développer une socialité ordinaire dans le cadre du travail (prendre un café, discuter avec des collègues, etc.). Cette sociabilité ordinaire peut déboucher sur la constitution d’un réseau amical qui facilite l’implantation des coworkers arrivés récemment sur le territoire. Très souvent, en effet, le coworking, par la possibilité qu’il offre de choisir son lieu de travail, apparaît comme un moyen de concrétiser des projets résidentiels, fondés autour du nomadisme comme de l’ancrage, qui profitent aussi bien aux métropoles qu’aux petites villes et qui ont comme point commun la recherche d’un cadre de vie de qualité.

Les ECW, de nouveaux hubs territoriaux

Les coworkers ont pleinement intégré le fait que la mobilité virtuelle constitue désormais une nouvelle modalité de gestion de la distance, à côté de la coprésence et du déplacement physique, ce qui leur permet de développer de nouveaux agencements spatiaux. Leur rapport au territoire ne s’incarne plus dans une vision aréolaire de l’espace mais dans une vision réticulaire où dominent les flux, les circulations, les liens, les réseaux et les jeux d’échelle . A cet égard, les ECW apparaissent comme de véritables hub territoriaux, des nœuds autour desquels les individus organisent différentes formes de mobilité, spatiale, sociale et virtuelle. Ils s’apparentent ainsi à des équipements d’un genre nouveau, ceux de territoires réticulaires dont la fonction principale consiste à agencer des réseaux sociaux et spatiaux.

Des ECW touchés par la crise sanitaire mais qui ont su résister

Les ECW de la région AURA ont été fortement touchés par la crise sanitaire liée à la COVID-19, puisque 67% d’entre eux ont été obligés de fermer temporairement leurs portes. Avec l’amélioration de la situation sanitaire, 82% d’entre eux constatent l’arrivée de nouveaux coworkers, aussi bien des salariés que des indépendants, avec parfois de nouveaux profils. Un tiers des ECW qualifient leur situation actuelle de « fragile », un tiers de « retour à la normale », un tiers de « en croissance ». Au final, 86% des ECW se déclarent confiants dans l’avenir du coworking en raison notamment du développement du télétravail dans les entreprises et des limites que représente le télétravail à domicile.

Pour conclure…

© A. Flipo

A l’issue de cette recherche, le développement des ECW peut être envisagé comme faisant partie de ces signaux faibles qui traduisent des évolutions de fond de la société. Dans ces ECW, une nouvelle façon de faire du collectif semble s’inventer à travers la constitution de « communautés d’expérience » où les gens se ressemblent davantage par les expériences qu’ils vivent (professionnelles, résidentielles, etc.) que par leurs caractéristiques socio-démographiques ou socio-économiques.

Pour autant, le coworking reste un phénomène marginal qui ne concerne qu’une part limitée, et souvent privilégiée, de la population. Il concerne des actifs qui ont pour principal point commun un haut niveau de qualification. Ces modes de vie émergents sont le fait d’une minorité et ne doivent pas être généralisés à l’ensemble de la population. Ils voisinent avec d’autres modes de vie, souvent plus subis, plus ancrés spatialement et socialement, où le territoire aréolaire continue à faire sens. Tout l’enjeu pour les pouvoirs publics est de porter un niveau de reconnaissance équivalent à la diversité de ces modes de vie.

Pour en savoir plus ou pour occuper vos longues soirées d’hiver : le rapport final https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03792435

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search